La résolution du CSNU constitue une pierre essentielle à l’édifice de la paix en Colombie

La résolution du CSNU constitue une pierre essentielle à l’édifice de la paix en Colombie

Colombie/Adoption de la résolution 2307 - Explication de vote de M. François Delattre, représentant permanent de la France auprès des Nations unies - Conseil de sécurité - 13 septembre 2016

Monsieur le Président,

Monsieur le Ministre, dont votre présence illustre l’importance de notre réunion ce matin,

La France salue chaleureusement l’adoption à l’unanimité de la résolution 2307, une résolution qui est une étape majeure et un pilier pour l’établissement d’une paix historique en Colombie.

Cette résolution fixe en effet la taille, les aspects opérationnels et le mandat de la mission des Nations Unies créée par ce Conseil afin d’observer et de vérifier le respect de l’accord de cessez-le-feu entre le gouvernement colombien et les FARC, ainsi que le dépôt des armes par ces dernières, conformément aux dispositions de l’accord conclu le 23 juin dernier à La Havane.

Cette nouvelle résolution du Conseil, pour laquelle je remercie la plume britannique, permettra à la mission de poursuivre son déploiement sur le terrain dans les meilleurs délais, dans l’objectif d’être pleinement opérationnelle au moment de l’entrée en vigueur de l’accord. Elle conclut un processus de planification et de préparation exemplaire, au cours duquel les Nations Unies auront pris l’ensemble des mesures nécessaires afin de répondre avec succès à l’appel lancé conjointement par les parties d’être accompagnées dans la mise en œuvre de leur règlement de paix. La France s’en réjouit particulièrement et encore une fois chaleureusement.

Quelques jours après la conclusion de l’accord de paix global et définitif entre le gouvernement colombien et les FARC, qui ouvre la voie à la résolution d’un conflit de plus de 50 ans, l’adoption de cette résolution montre donc que notre Organisation, et plus particulièrement ce Conseil, ont été à la hauteur des attentes qui avaient été placées en eux. Elle illustre une fois encore combien les Nations Unies constituent un acteur central, légitime et de confiance pour le maintien de la paix et de la sécurité internationales, partout dans le monde.

La France félicite à nouveau le Président Santos, qui a eu le courage et la clairvoyance de lancer des négociations avec les FARC en 2012. La France salue également le rôle joué par les Etats garants de cet accord, Cuba et la Norvège, ainsi que celui des Etats accompagnateurs que sont le Chili et le Venezuela.

Je saisis cette occasion pour rappeler que la France se tient, à titre national, aux côtés du peuple colombien pour le soutenir dans son chemin historique vers la paix. Outre le travail réalisé au sein de ce Conseil, nous continuerons également à accompagner le processus de paix à titre bilatéral, en contribuant en particulier au financement du développement rural et au déminage, comme au sein de l’Union européenne, qui aura aussi un rôle important à jouer dans la mise en œuvre de cet accord.

La résolution que nous venons d’adopter constitue l’une des dernières pierres, essentielle, à l’édifice de la paix en Colombie. C’est au peuple colombien qu’il appartiendra de le parachever, dans le cadre du plébiscite prévu le 2 octobre prochain. La France continuera à se mobiliser résolument pour que le processus de paix en Colombie soit un succès. Un succès bien sûr pour la Colombie et le peuple colombien d’abord. Mais aussi désormais un succès pour les Nations Unies.

Je vous remercie

publié le 14/09/2016

haut de la page