"La France de Raymond Depardon" en Colombie (Bogota, 20 mars-1er juin 2015)

Un voyage dans le temps et une invitation à observer ce qui nous entoure c’est la proposition de Raymond Depardon dans cette exposition qui, après avoir voyagé au Venezuela en mars 2014 et avoir rencontré pour la première fois la Colombie l’année dernière, partagera sa vision de la France dans la capitale colombienne.

JPEG

Célèbre pour ses reportages sur des lieux sensibles, pour les nombreux livres où il tisse étroitement texte et image, pour les films où il s’attache au quotidien d’une société en pleine évolution, Raymond Depardon nous invite à faire un parcours de quarante arrêts. Chacun d’eux représenté par une image qui reflète la quotidienneté des quelques endroits qui sont relégués aux oubliettes, loin des grandes villes.
Là, où l’on trouve l’oubli, on retrouvera aussi une architecture ancienne qui refuse de disparaître. Elle lutte contre une modernité qui s’impose.

Les couleurs des magasins, des maisons, des écoles, de la voiture, des ruelles et du marché nous laissent entrevoir la trace du quotidien où tout semble aller au ralenti.
Tous ces images sont le résultat d’un voyage en solo au cours de quatre ans, et aujourd’hui ces photographies, elles-mêmes, parcourent le monde pour montrer une autre France.

Dans cette œuvre photographique qui présente la géographie rurale de son pays, Depardon nous invite à comprendre chaque détail que les lieux nous racontent d’eux-mêmes, de leur environnement, de leur vécu.

« Lorsque j’ai projeté de photographier la France, j’ai su qu’il fallait la photographier autrement : ne pas aller à la rencontre des gens avec mon Leica, ne pas collectionner les Fragonard en haut des buttes, mais retrouver ce chemin qui va de la maison à l’école, le bar-tabac, stationner quelque part, attendre, pas trop longtemps, partir, et mes premières pensées furent pour le matériel. » Depardon.

JPEG

En 2004, Depardon décide d’entreprendre ce projet photographique de grande envergure : celui de photographier seul, à la chambre 20x25, ce pays apparemment inconnu. Il a écarté l’idée de photographier la nature nue parce que d’après lui, elle va être toujours là. À ce moment-là, il s’est rendu compte que dans ces zones rurales ce qui change l’environnement sont les traces de l’humain.

Après Medellín en juillet 2014, Raymond Depardon présentera son exposition à Bogota du 20 mars au 1er juin 2015 au Museo de arte du Banco de la República à Bogota. Il sera aussi invité au Festival International de Cinéma de Cartagena, Colombie qui aura lieu du 11 au 17 mars 2015.

publié le 20/04/2015

haut de la page