Le Vème Prix franco-allemand des Droits de l’Homme "Antonio Nariño" est décerné à l’ONG colombienne "Reiniciar"

Le jury a également décidé d’attribuer une "mention d’honneur" à la Communauté de Paix San José de Apartadó ainsi qu’une « reconnaissance spéciale » au groupe de soixante victimes du conflit colombien invitées à s’exprimer à la table des négociations de La Havane (Cuba). Enfin une "mention spéciale" est attribuée au média d’information en ligne « Las2Orillas ».

Pour la cinquième année consécutive, les ambassadeurs de France et d’Allemagne en Colombie ont remis le 9 décembre, avec l’appui de l’ONU, le Prix des droits de l’Homme "Antonio Nariño", qui rend hommage au premier traducteur en espagnol de la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen et précurseur de l’Indépendance colombienne.

Décisions du jury

Le jury a décidé de distinguer cette année la « Corporacion REINICIAR » qui depuis vingt ans effectue un courageux et patient travail de défense des victimes de l’Union patriotique sur tout le territoire colombien et encourage, dans un esprit de réconciliation nationale, la reconnaissance par l’Etat de ses responsabilités.

JPEG

Alors que l’un des enjeux d’une paix négociée est précisément celui de l’approfondissement de la démocratie colombienne et sa capacité à résoudre ses conflits politiques et sociaux par d’autres voies que la violence armée, le jury a estimé important de distinguer un projet qui concerne un mouvement politique légal né au milieu des années 1980 d’un processus de paix mais décimé ensuite, de la base au sommet, par la violence politique, au prix de plusieurs milliers de morts.

Sur le grand nombre de candidatures reçues, qui confirme le succès de ce Prix, le jury a également décerné une mention d’honneur à la « Comunidad de Paz de San José de Apartado » et une « reconnaissance spéciale » au groupe de soixante victimes du conflit colombien invitées depuis plusieurs mois à s’exprimer à la table des négociations de La Havane (Cuba) entre le gouvernement colombien et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC). Le jury a souhaité distinguer une initiative unique en son genre, qui place au cœur du processus de paix les droits de l’Homme en donnant voix au chapitre à des victimes du conflit colombien : celles des guérillas, celles des paramilitaires, celles de l’Etat.

JPEG

Enfin, s’agissant de la mention spéciale créée l’an dernier pour un média d’information en ligne, c’est cette année « Las2Orillas » qui est distingué pour son travail de formation de jeunes journalistes et de publication de « notes citoyennes » sur les réalités du terrain colombien.

Lauréats du Prix l’année précédente, les représentants de la Commission « Vie, Justice et Paix » du diocèse de Tumaco, sur la côte pacifique colombienne, dans une région très affectée par la pauvreté, le conflit et le narco-trafic, s’étaient rendus en Allemagne et en France au mois de novembre pour faire connaître les problématiques de leur région d’origine et leur travail.

JPEG

La dépêche publiée par l’Agence France Presse

Colombie : prix franco-allemand des droits de l’homme pour une ONG

Les ambassades de France et d’Allemagne en Colombie ont attribué le prix franco-allemand des droits de l’Homme à une ONG dédiée aux victimes d’une épuration politique dans les années 80, selon un communiqué officiel publié mardi.

L’organisation non gouvernementale Reiniciar ("Recommencer") a été récompensée par ce prix annuel pour "son travail de visibilisation et de mémoire", ainsi que pour "la défense des droits" des militants de l’Union patriotique (UP).
Lancé en 1985 dans la foulée de négociations avec la guérilla marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), ce mouvement d’extrême gauche avait été la cible d’une vague d’assassinats, commis par des groupes paramilitaires, parfois en collusion avec des agents de l’Etat.

Plus de 3.000 militants ou élus ont été tués, parmi lesquels le candidat de l’UP à l’élection présidentielle dont la mort provoqua en 1987 la rupture du processus de paix avec les Farc.

Le conflit interne en Colombie, qui a fait officiellement quelque 220.000 morts en cinquante ans, a opposé des guérillas communistes à des milices paramilitaires d’extrême droite, dissoutes depuis 2006.

Créé en 2010, le prix franco-allemand des droits de l’Homme est également connu sous le nom de prix "Antonio Nariño", du nom du précurseur de l’indépendance colombienne, premier traducteur en langue espagnole de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789.

AFP

Le diaporama de la cérémonie

La revue de presse de l’évènement

RCN Radio
El Nuevo Siglo
Corporación Reiniciar
Las2Orillas
Colectivo de abogados
Fédération interntionale des ligues des droits de l’Homme

Le Tweet de l’ambassade


#Colombie Le Prix franco-allemand des Droits de l'Homme 2014 attribué à "Reniciar", une ONG dédiée aux victimes d'une épuration politique

— Francia en Colombia (@France_Colombia) 10 Décembre 2014

publié le 11/12/2014

haut de la page