Arnoldo Palacios (1924-2015)

Arnoldo Palacios, écrivain colombien s’est éteint le 12 novembre dernier à l’âge de 91 ans.

J’ai appris avec émotion la disparition de M. Arnoldo Palacios ce jeudi 12 novembre à Bogota. La Colombie et la République universelle des Lettres viennent de perdre un grand écrivain.

Homme doté d’une volonté extraordinaire et d’un appétit de vivre peu commun, il avait surmonté le handicap dû à une poliomyélite contractée dès son plus jeune âge.

Mieux : petit-fils d’esclave et élevé dans une grande pauvreté, il aura su transformer ces handicaps en force, relatant dans une prose riche et colorée ses souvenirs d’enfance passée dans le Chocó, sa région natale. Des ouvrages comme « La forêt et la pluie » et « les étoiles sont noires » sont désormais des classiques de la littérature colombienne et ont donné à sa région ses lettres de noblesse.

De Certegui (son village qu’il a décrit superbement dans son livre « Les Mamelles du Choco ») à Quibdo, puis à Bogota, il fait ensuite le choix de venir en France depuis Carthagène pour assouvir sa soif de connaissance et découvrir le vaste monde. Une bourse lui permet d’étudier en Sorbonne. Il se lie aux écrivains et poètes de la négritude, tels Aimé Césaire, Frantz Fanon et Léopold Sédar Senghor, et voyage dans Europe de l’après-guerre et de la Guerre froide. Il passe par la suite une grande partie de sa vie en Normandie où il a continué d’écrire et de publier aux côtés de son épouse Béatrice.

Arnoldo de los Santos Palacios Mosquera s’est éteint mais sa plume marquera d’une encre indélébile la littérature colombienne.

Je présente à sa famille mes plus sincères condoléances.

publié le 20/11/2015

haut de la page